Cloud computing

De Dropbox à Google Drive, d’Amazon Web Services à Microsoft Azure, les petites et moyennes entreprises se laissent séduire par les offres cloud public.

Le cloud public de plus en plus adopté

En France, quelques ténors du Web basculent petit à petit dans le cloud public.

France Télévisions Editions Numériques exploite deux types de cloud. L’ensemble de ses services numériques sont assurés par un cloud privé fonctionnant sous VMWare. Néanmoins, pour ses plateformes de Build ou les projets innovants, tel que « Génération Quoi » ou « Stain Beau Pays », France Télévisions fait appel au cloud public Amazon Web Services.

Autre exemple, CDiscount, le site marchand qui compte 16 million de clients et réalise 2,4 milliards d’euros de vente TTC a fait le choix d’exploiter l’offre cloud Microsoft Azure pour mener le déploiement de son site dans 9 pays dans un délai d’une année seulement.

Les offres se multiplient

L’intérêt grandissant des clients potentiels stimule la concurrence sur ce marché en pleine croissance. Elle s’intensifie au niveau mondial  entre les grands acteurs du marché.

Aliyun, le cloud computing d’Alibaba, leader sur le marché en Chine affronte maintenant de plus en plus Amazon ou Microsoft. Si l’offre d’Aliyun n’est pas encore aussi complète et performante que celles des leaders mondiaux du cloud, Alibaba enrichit régulièrement son offre et s’est lancé dans une stratégie de baisses de prix régulières, tout comme Amazon Web Services a l’habitude de le faire. (Aliyun, le Cloud Computing « Made in China » qui veut défier Amazon)

De son côté, Dropbox poursuit ses efforts pour muscler son offre Entreprise et accueille en ce début juin quelques nouveautés en matière d’administration (trois rôles d’administration distincts) et de sécurité (nouvelle API dédiée aux partages des fichiers, authentification à deux-facteurs…).

Dans l’ombre des clouds souverains français, Outscale l’anti-Amazon Web services français, tisse sa toile. Soutenu par Dassault Systèmes, la start-up défie les géants du cloud avec un modèle de développement différent.

Avantages et inconvénients du cloud public

Ces solutions sont de plus en plus souvent utilisées car elles présentent différents avantages (coûts, maintenance, déploiement, mobilité, performance, élasticité) mais elles ont également leur lot d’inconvénients (dépendance, sécurité, monitoring, réversibilité, personnalisation, conformité). Tout cela est détaillé dans l’infographie.

Mais dans le cloud, Docker pourrait tout changer, particulièrement en ce qui concerne la dépendance. Il pourrait permettre en effet de basculer une application entre les clouds d’Amazon, Google et Microsoft.

Docker permet d’embarquer une application dans un container virtuel qui pourra s’exécuter sur n’importe quel serveur (Linux et bientôt Windows). C’est une technologie qui a pour but de faciliter les déploiements d’une application, et la gestion du dimensionnement de l’infrastructure sous-jacente. Cette solution est proposée en open source (sous licence Apache 2.0) par une société américaine, également appelée Docker, qui a été lancée par le Français Solomon Hykes.

Même si elles se laissent de plus en plus séduire par les offres de cloud public, les entreprises auront sûrement intérêt à adopter une stratégie hybride et tirer le meilleur parti des 2 mondes :  cloud public pour faire des économies, cloud privé pour plus de sécurité.

Business Analyst et gestion de projets informatique. Créateur du site NetAssistant. Administrateur et modérateur des forums du site NetAssistant.

Ce sujet a 1 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Sébastien JOUVE, il y a 1 an.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #609277

    Sébastien JOUVE
    Admin bbPress

    Depuis la rédaction l’article la concurrence s’est encore accrue sur le marché. Google qui était en retard sur Amazon avec AWS met les bouchées doubles.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.